Le copywriting – rédaction publicitaire, en français – consiste à trouver des formulations percutantes pour faire la promotion d’une activité, d’une personne, d’une idée ou d’un produit, par exemple votre premier roman. La formation de Désir d’écrire vous propose, en fin de cursus, des outils non seulement pour mieux vendre votre travail aux éditeurs et à vos futurs lecteurs, mais aussi pour gagner votre vie en tant que rédacteur publicitaire.

Trouver un éditeur et vendre votre livre
On croit souvent que le travail de l’auteur se termine avec le point final de son manuscrit. Bien entendu, le plus gros est fait, mais pour trouver un éditeur, vous devrez découvrir les bonnes formules pour présenter votre travail et, ensuite, participer à la promotion de votre ouvrage, en particulier sur les réseaux sociaux. En effet, on voit que les auteurs s’impliquent de plus en plus dans leur présence en ligne, ce qui permet de court-circuiter en partie les circuits traditionnels de consécration que sont les médias et les prix littéraires.
Qu’est-ce qui rend votre livre différent de la montagne d’ouvrages publiés chaque année ? Vraiment personnel ? Pourquoi, en tant qu’éditeur, est-ce que vous auriez envie de publier celui-là et pas un autre ? En tant que lecteur, d’acheter et de lire celui-ci et pas son voisin sur la table de la librairie ? Il faut d’abord mettre le doigt sur ce qui fait la spécificité de votre travail pour, ensuite, trouver les formules qui vont permettre de communiquer son caractère unique.

Se mettre à la place du lecteur
Le troisième et dernier classeur de notre formation est exclusivement consacré aux manières de favoriser la réception de votre texte dans les comités de lecture des maisons d’édition et auprès de vos futurs lecteurs. Comment le mettre en page ? Comment le présenter ? Comment formuler la lettre qui accompagne le manuscrit ? Comment choisir les maisons d’édition à qui l’envoyer ? Quelle stratégie de publication choisir : à compte d’éditeur ? À compte d’auteur ? En ligne ?
Le copywriting est né à la fin du XIXe siècle et s’est développé surtout aux États-Unis entre 1900 et 1940. Il consiste à cerner la psychologie des lecteurs en vue d’utiliser des techniques rédactionnelles pour faire passer à travers les mots un message aux futurs consommateurs. Par exemple, l’un de ses principes de base demande d’écrire à la deuxième personne plutôt qu’à la première. Pourquoi ? Pour impliquer votre lecteur.

Quelle est, selon vous, la formulation la plus efficace pour persuader votre lecteur d’acheter votre livre ?
– Bonjour, je m’appelle Robert Martin, j’ai écrit un super livre sur mon expérience de l’Argentine. Achetez-le !
Ou, deuxième option :
– Vous aimez le tango, la bonne viande, mais pas les lieux remplis de touristes ? Vous rêvez de découvrir les milongas fréquentées uniquement par les danseurs argentins ? De manger dans les restaurants bon marché où les tangueros dégustent un bon steak au petit matin ? Alors mon livre pourrait sans doute vous intéresser !
Vous l’aurez compris, il s’agit toujours de se mettre à la place du public, à la place du lecteur.

De la rationalité, de la précision, des émotions
La rédaction publicitaire demande de dire le maximum en un minimum de mots, avec un vocabulaire que la majorité des gens puisse comprendre. Vous devez par conséquent penser à des phrases courtes, simples, si possible au présent. Si le message que vous souhaitez faire passer est complexe, divisez-le en petites parties très simples que les gens seront mieux aptes à intégrer au fur et à mesure de leur lecture. L’important est de privilégier l’efficacité de l’écriture.
Du côté du producteur du message, le copywriting repose, sur la rationalité, la technique, la précision de l’écriture. Du côté du récepteur, votre futur éditeur ou votre futur lecteur, il s’appuie plus sur les émotions que sur la raison : dans la plupart des cas, les gens n’achètent pas ce dont ils ont besoin, mais ce qu’ils veulent en fonction de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

La page de vente
L’élément central de toute stratégie pour vendre directement votre livre, c’est la page de vente. Avec elle, vous allez prendre votre futur lecteur par la main et lui donner toutes les bonnes raisons d’acheter votre livre. Après avoir trouvé les meilleurs arguments pour attirer son attention, vous allez, dans un récit personnel, installer une connivence entre lui et vous, expliquer pourquoi vous avez écrit cette histoire, pourquoi vous êtes compétent pour la traiter.
Par exemple : « J’ai vécu pendant sept ans dans le quartier de Caballito, au centre de Buenos Aires, je me suis mis à danser le tango et j’ai petit à petit découvert les lieux qui font vibrer mes amis argentins. Où vont danser les vrais tangueros ? Que font-ils de leurs soirées avant d’aller glisser sur les pistes des milongas ? Comment et où terminent-ils leur nuit au petit matin avant de rentrer chez eux ? Au départ, j’ai cherché des réponses à ces questions pour vivre avec passion le cœur des nuits argentines. Ensuite, j’ai décidé d’écrire ce livre pour permettre aux autres de partager ces expériences inoubliables. »
Entraînez-vous, cherchez le meilleur angle, puis lancez-vous, testez votre texte sur les réseaux sociaux : personne ne peut prévoir ce qui va se passer tant que vous n’avez pas essayé, chaque livre est unique ! À vous de vous améliorer, d’étudier le profil de votre future maison d’édition et celui de vos futurs lecteurs jusqu’à les connaître mieux qu’eux-mêmes. C’est de cette manière que vous pourrez mettre toutes les chances de votre côté pour que votre livre puisse enfin se faire connaître !

Un moyen de vous offrir du temps d’écriture
Écrire des livres, il ne faut pas se leurrer, ne va très probablement pas vous permettre de devenir riche, ni même, malheureusement, de payer votre loyer. La rédaction publicitaire pour d’autres personnes ou d’autres entreprises, au contraire, peut se révéler très rémunératrice et vous donnera les moyens de vous offrir du temps d’écriture sur des projets plus personnels. Après, bien entendu, il vous faudra trouver un équilibre et choisir les concessions que vous serez disposé à faire.
Il faut garder à l’esprit que le copywriting est l’une des rares activités liées à l’écriture, à part le journalisme, qui peut vous permettre de dégager un revenu stable. À vous de voir s’il est pertinent de pratiquer en parallèle une activité créatrice et de la rédaction publicitaire : pour certains, trop d’écriture tue l’écriture, pour d’autres, les différentes approches du travail avec les mots se nourrissent l’une l’autre.

Pierre Fankhauser